[creation site web] [creation site internet] [logiciel creation site] [L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[]
[]
[]

  


Rappelez vous les années 70 ! A la suite des mouvements contestataires de la décennie
précédente, le mouvement hippy aux Etats-Unis, Mai 68 en France, une vague de
libération des moeurs et un gigantesque melting-pot culturel se font jour.

   Dans le domaine des arts, l'époque est aux expériences et aux croisements de tous ordres.
Les Beatles montrent la voie en intégrant à leurs compositions des influences venues
d'Orient, de la musique classique, des fanfares ou du jazz. Bientôt, à l'aube des seventies,

un bouillonnement culturel sans précédent se manifeste dans la culture populaire :
tous les arts sont touchés par la déferlante pop.

   Dans le domaine de la musique rock en particulier, l'innovation est le maître mot,
et des courants stylistiques nouveaux surgissent du néant. Parmi ceux­ci, la palme
de l'originalité revient sans conteste au courant qu'on nommera bientôt "rock progressif".

   Profitant de l'arrivée à point nommé de nouveaux instruments de musiques comme le
Mellotron, qui, utilisé dès les années 60 par les Moddy Blues, reproduit à merveille les
sons de violons et d'orchestres symphoniques, ou,au début des années 70 du
synthétiseur dont Keith Emerson fait d'emblée un usage aussi efficace que spectaculaire
au sein de Nice, le rock progressif va pouvoir donner lieu à une floraison d'expériences musicales inédites et de métissages culturels passionnants.

   Le mariage réussi entre musique classique et Rock va donner naissance au courant
Rock Symphonique dont les représentant les plus prestigieux seront Yes,
Emerson, Lake & Palmer, King Crimson, Genesis ou Gentle Giant.

   L'alliance avec le courant jazz donnera en Angleterre la très subtile Ecole de Canterbury
dont seront issus Soft Machine (avec Robert Wyatt), Caravan, Camel, Hatfield & the North,
National Health.

   L'usage intensif des instruments électroniques permettra l'éclosion de plusieurs familles
musicales : la musique planante, surtout vivace en Allemagne avec Tangerine Dream,
Klaus Schultz, Amon Düul, Agitation Free, mais aussi en Angleterre avec plus de nuance
chez Pink Floyd, Mike Oldfield, Gong ou Hawkwind.

   L'attirance pour les musiques folk, traditionnelles, médiévales marquera des groupes
comme Jethro Tull ou Gentle Giant alors que les univers sombres de la sciences fiction
inspireront Vand Der Graf Generator.

   Ce sera une folle décennie de création tous azymuts, d'expérimentation effrénée et de
délires sans limites, qui marqueront à jamais l'histoire de la musique.

   Après une traversée du désert d'une dizaine d'année, autant due à l'arrivée des modes
suivantes qu'à un certain tarissement de l'inspiration, le rock progressif renaît de ses
cendres vers la fin des années 80 avec l'émergence de Marillion et du courant néo
progressif et s'épanouit aujourd'hui dans le monde entier avec une multitude de groupes
aussi créatifs qu'innovateurs : aucun pays n'est épargné, de l'Europe (Est compris) à
l'Amérique du Sud, du Japon à l'Australie, aucune musique ne résiste aux
expérimentateurs du rock progressif.

   En revenant sur le devant de la scène, le rock progressif a gagné un nouveau public
d'amateurs éclairés lassés de n'être que les consommateurs de la dernière mode
promotionnée par les médias, et a généré une pléiade de groupes qui essaiment dans
le monde entier. Il a gagné sa pérennité et le droit d'être reconnu comme un style
musical à part entière. 

                                                                                            Philippe Arnaud



La Scène Progressive ou L'Histoire du  Rock Progressif